Comment le salaire en portage salarial est-il calculé ?

Le portage salarial est un statut à mi-chemin entre l’entrepreneuriat et le salariat. Il permet à l’indépendant de bénéficier d’une sécurité dans son activité le tout en profitant des avantages d’un salarié classique. C’est une relation à trois parties avec le consultant, la société et le client. Un CDD ou un CDI lui donne une sécurité de l’emploi ainsi que les avantages sociaux liés au salariat. Pour gérer les factures de ses prestations, il  n’a pas besoin de créer une entreprise. Dans cet article, nous allons parler du revenu en portage salarial, les TJM, chiffre d’affaires…

Les avantages du portage salarial 

Le porté est affilié au régime général et bénéficie donc du remboursement des frais de santé ainsi que l’assurance maladie, le chômage ou encore la retraite. De plus, il garde l’autonomie et la flexibilité propre au statut d’indépendant, c’est-à-dire qu’il choisit ses missions, ses clients…

La gestion administrative est prise en charge par la société de portage pour qu’il puisse être pleinement investi dans sa mission. Tous les mois le chiffre d’affaires brut cumulé par le porté est reversé sous forme de salaire net mensuel après déduction des cotisations ainsi que les frais de gestion. La rémunération dépend du TJM défini par le client en fonction de l’expérience du porté ou encore le marché.

La simulation de salaire en portage salarial

Comme on l’a vu précédemment, le revenu du porté dépend du chiffre d’affaires brut mensuel généré durant le mois. Cependant, sa rémunération ne correspond pas à ce montant. Pour simuler son salaire, il y a différents éléments à prendre en compte.

Le chiffre d’affaires minimum imposé

La convention collective du portage salarial a défini un salaire ainsi qu’un CA minimum à respecter. Il est basé sur le plafond mensuel de la sécurité sociale (PMSS) en fonction du forfait ou de l’ancienneté.

  • Pour le salarié porté junior, qui possède moins de 3 années d’expérience, le salaire brut mensuel est fixé à 70 % du PMSS, soit 2b397 euros brut par mois ;
  • Pour le salarié porté sénior, disposant de plus de 3 ans d’expérience, le seuil est fixé à 75 % du PMSS, soit 2b568 euros brut par mois ;
  • Le salaire brut minimum pour les salariés portés en forfait jours est de 85 % du PMSS, soit 2b910 euros brut par mois.

Le PMSS est déterminé chaque année par arrêté préfectoral. Le montant est visible sur le portail de l’URSSAF 

Les frais de gestion en portage salarial

Lors de la simulation, il faut prendre en compte les frais de gestion mis en place par la société de portage. C’est un prélèvement sous forme de pourcentage entre 5 et 15% du chiffre d’affaires. On retrouve ces frais dans la fiche de paie et ils couvrent les frais liés à :

  • La gestion administrative (contrats, facturation, relances, bulletins de salaire, TVA) ;
  • L’assurance responsabilité civile professionnelle, l’assurance complémentaire et les épargnes salariales ;
  • L’accompagnement personnalisé (assistance juridique, accès à la formation, réseautage, conseil, etc.).

En France, le salarié et l’employeur contribuent au financement de la sécurité sociale via des cotisations sociales versées à l’URSSAF. En portage salarial, on retrouve aussi ce système ce qui permet au porté de bénéficier d’une couverture sociale complète et donc toucher assurance maladie, retraite, chômage, la caisse d’allocations familiales ainsi que l’aide au logement.

Le Taux Journalier Moyen (TJM)

Le salaire net du porté représente environ 50% du chiffre d’affaires hors taxe. Le consultant va donc choisir son tarif pour ses missions afin de s’assurer une bonne rémunération.

Quel revenu espérer ?

Le Taux Journalier Moyen ou TJM permet aux freelances de déterminer leurs prix. C’est une étape à ne pas négliger, car c’est elle qui sera l’élément principal de la rémunération du porté. Il faut prendre en compte trois concepts fondamentaux : l’offre, la demande et le temps.

L’étude des prix du marché 

Avant de fixer son TJM, il est nécessaire d’étudier ce que font les concurrents indépendants afin de savoir quel tarif appliquer. On retrouve des plateformes comme Malt qui propose un baromètre de prix en fonction du métier, de l’expérience, de la zone géographique… Il faut donc évaluer son expertise et ses compétences pour se positionner au plus juste face aux autres indépendants.

Exemple de calcul de TJM

Si on espère un salaire net de 2500 euros en portage salarial. Si on considère que les frais de cotisations correspondent à 50% du résultat, cela fait 1250 euros de cotisations. Il faut donc envisager un CA hors taxe de 3750 euros  par mois soit 45 000 euros. Si on part du principe que le porté travail 132 jours, le TJM sera de 340 euros.

L’optimisation de revenu en portage salarial

Que l’on soit freelances, indépendants ou consultants, il est possible de valoriser ses revenus jusqu’à 70% en suivant quelques règles simples :

  • Comparer les frais de gestion
  • Optimiser les frais professionnels en passant directement par la société de portage afin d’avoir un versement de la tva collectée
  • Demander à la société de portage d’échelonner ses revenus afin de contrer les périodes avec moins d’activité
  • Transformer une partie des revenus en épargne salariale.

Le prêt immobilier grâce au portage salarial

Vrai casse-tête pour les auto-entrepreneurs, bénéficier d’un crédit immobilier en portage salarial est bien plus simple. Le porté s’assure une sécurité de l’emploi, une rémunération durant les arrêts-maladies et une assurance chômage en cas de perte de l’emploi. Ce statut étant encore assez récent, il faudra bien informer son banquier sur la capacité à rembourser sur le long terme le prêt. De plus, la société de portage salarial peut lisser le salaire sur plusieurs mois afin de prouver la solidité financière. La possibilité d’épargner aide aussi à l’obtention d’un crédit.

Laisser un commentaire